Retour aux articles
Relation client

Web collaboratif, quand le consommateur prend le pouvoir !

15 janvier 2015

Economie de partage et web collaboratif, quand le consommateur prend le pouvoir !

Si le système D et le troc existent depuis la nuit des temps, l’économie de partage version 2.0 a vu ses impacts démultipliés par la puissance d’internet.
En ces temps de croissance plus que morose et de pessimisme ambiant, on observe un retour aux valeurs fondamentales, aidons-nous les uns les autres : les projets collaboratifs fleurissent et des nouveaux modes de consommation apparaissent.

Cette tendance forte impacte de nombreux volets de notre société et prend plusieurs visages : consommation collaborative, co-working, crowdsourcing ou crowdfunding, à chacun sa façon de contribuer, parfois sans même sans apercevoir !

De nouveaux modes de consommation

Un des bouleversements majeurs de cette nouvelle façon de consommer est de déporter la valeur produit traditionnelle de propriété vers celle de l’usage.
Crise oblige, les consommateurs cherchent dans l’économie de partage une alternative à leur pouvoir d’achat en berne et le concept de la seconde (voire troisième…) vie s’est largement démocratisé.

On estime qu’un livre sur deux vendu en 2014 était d’occasion, les grandes plateformes ecommerce l’ont d’ailleurs bien anticipé : sur Amazon ou sur la Fnac il est possible d’acheter un titre neuf ou de seconde main.
Dorénavant, on achète son canapé sur Leboncoin, traverse la France en co-voiturage, et échange son appartement avec une famille australienne pour des vacances de l’autre côté de l’hémisphère à moindres coûts !

Nous décryptons pour vous la transformation digitale

Recevez, au maximum 1 fois par mois, les décryptages de l'équipe DIGITALL Conseil sur la transformation digitale des entreprises, et les actualités du cabinet.

Je suis informé(e) que je peux facilement et à tout moment modifier mes préférences d’abonnement.

Des répercussions pour les entreprises

Mécaniquement, la consommation collaborative impacte les entreprises à différents égards : elles doivent en effet intégrer ces nouveaux usages dans leur façon d’appréhender leur rapport à leurs clients.
Ainsi, le crowdsourcing offre la possibilité aux particuliers de devenir eux-mêmes partie prenante dans le développement des marques : qui mieux qu’eux pour insuffler les innovations qu’ils attendent ?
Les marques qui sauront solliciter et impliquer de manière originale et efficace leurs clients leur proposeront en même temps une expérience différenciante et nul doute que les retombées seront à la hauteur de l’engagement qu’elles auront suscité !

La génération Y d’abord, puis l’arrivée de la génération Z sur le marché de l’emploi, les « digital native » aussi appelés génération C (pour Communication, Collaboration, Créativité et Connexion), modifient également les codes de l’entreprise.
Pour ces jeunes adultes, les frontières entre sphère privée et professionnelle ont été gommées, et les besoins d’appartenance, de reconnaissance et de participation marquent leur rapport au travail. La hiérarchie et l’autorité sont mises à mal, et ces générations recherchent plus des modes de fonctionnement transversaux que verticaux.
Les réseaux sociaux d’entreprises peuvent répondre en partie à ces nouveaux besoins : valorisants, ils donnent la possibilité à tous de s’exprimer et de contribuer à la réussite commune, ils sont aussi un formidable outil où chacun peut devenir innovateur.

En lien avec les réseaux sociaux d’entreprises, découvrez la nouvelle arme pour booster vos ventes : le social selling.

Le crowdfunding enfin offre la possibilité à tout un chacun de contribuer personnellement, selon ses moyens, à un projet porté par des entrepreneurs qui cherchent des financements alternatifs aux établissements bancaires traditionnels, de plus en plus frileux à les suivre dans leurs ambitions de développement.

Les employés, mais aussi de parfaits anonymes se voient ainsi proposer de devenir actionnaires et eux mêmes d’une certaine façon entrepreneurs !
Le leader européen de crowdfunding KissKissBankBank, a lancé récemment la marque Lendopolis qui propose à des micro-investisseurs de financer des projets de PME/TPE.
Peu auparavant, l’entreprise avait également lancé HelloMerci, une plateforme de prêt solidaire entre particuliers cette fois.

Un phénomène durable

L’essor de l’économie de partage est donc en train de bouleverser réellement le modèle social actuel. La quête d’un renouveau idéologique mais aussi les enjeux économiques et écologiques imposent aux marques et entreprises de s’adapter à ces nouveaux modes de vie et de consommation.
Le consommateur ayant pris le pouvoir à bien des égards, il semble en effet improbable d’imaginer un éventuel retour en arrière et il est fort à parier que la tendance continuera à s’intensifier dans les mois et années à venir.

Sandrine Hirigoyen
Fondatrice de l’agence DIGITALL Conseil, Sandrine construit et dirige des stratégies digitales depuis plus de 20 ans au sein d’environnement très concurrentiels (Telco, Immobilier, Grande distribution, etc.). Intervenante et coach auprès de Direction Générale sur la question de la transformation digitale, elle dirige le cursus de formation « Transformation digitale » au sein de DIGITALL Conseil.

Tous les articles de décryptage

  • Tous les articles
  • Transformation digitale
  • Relation client
  • Réseaux sociaux
  • Actualités DIGITALL
Charger plus d'articles