Retour aux articles
Relation client

Web collaboratif, quand le consommateur prend le pouvoir !

08 mars 2023
Mise à jour : 08/03/2023

Economie de partage et web collaboratif, quand le consommateur prend le pouvoir !

Si le système D et le troc existent depuis la nuit des temps, l’économie de partage version 2.0 a vu ses impacts démultipliés par la puissance d’internet.
En ces temps de croissance plus que morose et de pessimisme ambiant, on observe un retour aux valeurs fondamentales, aidons-nous les uns les autres : les projets collaboratifs fleurissent et des nouveaux modes de consommation apparaissent.

Cette tendance forte impacte de nombreux volets de notre société et prend plusieurs visages : consommation collaborative, co-working, crowdsourcing ou crowdfunding, à chacun sa façon de contribuer, parfois sans même sans apercevoir !

De nouveaux modes de consommation

Un des bouleversements majeurs de cette nouvelle façon de consommer est de déporter la valeur produit traditionnelle de propriété vers celle de l’usage.
Crise oblige, les consommateurs cherchent dans l’économie de partage une alternative à leur pouvoir d’achat en berne et le concept de la seconde (voire troisième…) vie s’est largement démocratisé

En 2021, 64 % des Français ont réalisé au moins un achat de seconde main au cours des 12 derniers mois. Et les grandes plateformes e-commerce l’ont d’ailleurs bien pris en compte : aujourd’hui, les 20 sites internet les plus visités de France proposent des articles de seconde main dans leur offre produits.
Dorénavant, on achète son canapé sur Leboncoin, on vend et on achète ses vêtements sur Vinted et on loue sa maison de vacances à des particuliers sur AirBnB !

Nous décryptons pour vous la transformation digitale

Recevez les nouveautés et tendances de la transformation digitale des entreprises et nos actualités.

Je suis informé(e) que je peux facilement et à tout moment modifier mes préférences d’abonnement.

Des répercussions pour les entreprises

Mécaniquement, la consommation collaborative impacte les entreprises à différents égards : elles doivent en effet intégrer ces nouveaux usages dans leur façon d’appréhender leur rapport à leurs clients.
Ainsi, le crowdsourcing offre la possibilité aux particuliers de devenir eux-mêmes partie prenante dans le développement des marques : qui mieux qu’eux pour insuffler les innovations qu’ils attendent ?
Les marques qui sauront solliciter et impliquer de manière originale et efficace leurs clients leur proposeront en même temps une expérience différenciante et nul doute que les retombées seront à la hauteur de l’engagement qu’elles auront suscité !

La génération Y d’abord, puis l’arrivée de la génération Z sur le marché de l’emploi, les « digital native » aussi appelés génération C (pour Communication, Collaboration, Créativité et Connexion), modifient également les codes de l’entreprise.
Pour ces jeunes adultes, les frontières entre sphère privée et professionnelle ont été gommées, et les besoins d’appartenance, de reconnaissance et de participation marquent leur rapport au travail. La hiérarchie et l’autorité sont mises à mal, et ces générations recherchent plus des modes de fonctionnement transversaux que verticaux.
Les réseaux sociaux d’entreprises peuvent répondre en partie à ces nouveaux besoins : valorisants, ils donnent la possibilité à tous de s’exprimer et de contribuer à la réussite commune, ils sont aussi un formidable outil où chacun peut devenir innovateur.

En lien avec les réseaux sociaux d’entreprises, découvrez la nouvelle arme pour booster vos ventes : le social selling.

Le crowdfunding enfin offre la possibilité à tout un chacun de contribuer personnellement, selon ses moyens, à un projet porté par des entrepreneurs qui cherchent des financements alternatifs aux établissements bancaires traditionnels, de plus en plus frileux à les suivre dans leurs ambitions de développement.

Par exemple, de récentes campagnes de financement participatif ont permis de lancer un parcours d’art contemporain en Normandie ou encore la création d’une ferme agro-écologique dans les Alpes. Des plateformes telles que Ulule, KissKissBankBank, LITA.co ou encore MIIMOSA (spécialisée dans le financement de projets agricoles) permettent ainsi à tous de prendre part à des actions qui nous tiennent à coeur.

Un phénomène durable

L’essor de l’économie de partage est donc en train de bouleverser réellement le modèle social actuel. La quête d’un renouveau idéologique mais aussi les enjeux économiques et écologiques imposent aux marques et entreprises de s’adapter à ces nouveaux modes de vie et de consommation.
Le consommateur ayant pris le pouvoir à bien des égards, il semble en effet improbable d’imaginer un éventuel retour en arrière et il est fort à parier que la tendance continuera à s’intensifier dans les mois et années à venir.

Fanny Lhomme
Fanny est une experte en marketing digital et gestion de projets de transformation digitale, avec près de 15 ans d'expérience dans le domaine. Elle excelle dans la définition et la mise en œuvre de stratégies, accompagnant ainsi les entreprises dans la conduite du changement. Son parcours varié lui permet de relever avec brio les défis des entreprises en croissance.

Tous les articles de décryptage

  • Tous les articles
  • Transformation digitale
  • Relation client
  • Réseaux sociaux
  • Actualités DIGITALL
Charger plus d'articles